Glossaire

Agrocarburants

Il s'agit de carburants fabriqués à partir de produits organiques comme le maïs qui remplacent partiellement (ou totalement) les carburants pétroliers pour les véhicules à carburants alternatifs. Leur production dépend de deux filières : la filière huile, à partir de colza, de palme, de tournesol et la filière alcool, à partir de la fermentation de sucres de betterave, de blé, de canne à sucre, de maïs ou de déchets végétaux.

AIE

L'Agence internationale de l'énergie est un organisme autonome de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) siégeant à Paris et regroupant 28 pays membres. Elle est reconnue mondialement pour la publication de son rapport annuel intitulé World Energy Outlook, WEO (voir fiche Bibliographie).

Ammoniac

Ce gaz est un polluant essentiellement agricole. Il est émis notamment lors de la fabrication des engrais ammoniaqués. Il a une action irritante sur les muqueuses oculaires, sur la trachée et les bronches.

Arsenic

Cet élément chimique métalloïde semi-métallique présente des propriétés intermédiaires entre celles des métaux et des non-métaux. Polluant très toxique, perturbateur endocrinien, sa forme inorganique est la plus toxique et peut entraîner, à de très faible dose, de graves lésions sur le corps humain.

ASN

L'Autorité de sûreté nucléaire est une autorité administrative indépendante française qui assure, au nom de l'État, les missions de contrôle de la sûreté nucléaire, de la radioprotection et de l'information des citoyens « pour protéger les travailleurs, les patients, le public et l'environnement des risques liés aux activités nucléaires ». Elle est à l'origine de la création de l'Association des autorités de sûreté nucléaire des pays d'Europe de l'Ouest (Wenra), qui regroupe 17 pays européens.

Benzène

Il s'agit d'un liquide incolore très volatil présent dans les vapeurs d'essence, obtenu par distillation de la houille et du pétrole. Très toxique, il appartient à la famille des substances cancérigènes. Les voies de pénétration sont en premier lieu respiratoire, en second lieu cutanée.

Biomasse

Ce terme désigne l'ensemble des matières organiques d'origine végétale (algues incluses), animale ou fongique (champignons) pouvant devenir des sources d'énergie par combustion. La biomasse est aujourd'hui la deuxième source d'énergie renouvelable en France, après l'énergie hydraulique.

Biosphère

La biosphère est la partie de notre planète où la vie s'est développée. Elle contient de grandes quantités d'éléments indispensables à la vie tels que le carbone, l'azote, l'oxygène, l'eau, le phosphore, le calcium, le potassium. Elle influence considérablement la composition en gaz de l'atmosphère (vapeur d'eau, gaz carbonique, oxygène et méthane en particulier).

Cadmium

Il s'agit d'un élément chimique toxique et écotoxique, considéré comme parmi les plus problématiques en termes de santé environnementale : traces métalliques et métaux lourds. La pollution par cadmium est en forte diminution, mais les taux restent localement préoccupants, notamment dans les coquillages et organismes du haut de la chaîne alimentaire.

CCS

Le captage carbone et stockage est un processus expérimental dont le but est de capter massivement et de manière sécurisée le dioxyde de carbone en sortie de chaudière ou turbine à gaz, de le comprimer puis de l'enfouir dans le sous-sol. Si les solutions géotechniques en cours d'expérimentation étaient validées, cette solution pourrait potentiellement répondre de 10 % à 55 % de l'effort total de réduction à envisager pour le XXIe siècle. Mais pour l'instant, les estimations de rentabilité restent trop hasardeuses et énergivores.

COV

Les composés organiques volatils, ou COV sont composés de carbone, d'oxygène et d'hydrogène et se trouvent sous forme gazeuse dans l'atmosphère. Ils proviennent du raffinage, de l'évaporation de solvants organiques. Selon les cas, ils sont plus ou moins lentement biodégradables par les bactéries et champignons, voire par les plantes, par les UV ou par l'ozone.

CSPE

La contribution au service public de l'électricité est un prélèvement de nature fiscale destiné à dédommager les opérateurs des surcoûts engendrés par les obligations qui leur sont imposées par la loi sur le service public de l'électricité. Elle est acquittée par le consommateur final d'électricité directement sur sa facture. Son montant total a représenté 1,66 milliard d'euros en 2009, 3,6 Mds en 2012 et la commission de régulation de l'énergie l'estime à 6,2 Mds en 2014.

Dioxyde

Il s'agit d'une molécule comportant deux atomes d'oxygène. Associé au carbone, cela donne le CO2, un gaz à effet de serre, qui bloque la réémission vers l'espace de l'énergie thermique reçue au sol sous l'effet du rayonnement solaire.

Énergie décarbonée

Se dit d'une énergie à faible émission de CO2 par unité d'énergie produite. Sont classées parmi les énergies à faible carbone (ou décarbonées), les énergies renouvelables (hydraulique, biomasse, solaire, éolien, géothermie) et le nucléaire.

Énergie primaire

Une source d'énergie primaire est une forme d'énergie disponible dans la nature avant toute transformation. Dans l'industrie de l'énergie, on distingue la production d'énergie primaire de son stockage et son transport sous la forme d'énergie secondaire, de la consommation d'énergie finale.

EPR (réacteur)

L'EPR est un réacteur à eau pressurisée utilisé dans le nucléaire. Plus complexe que les REP actuellement en service en France (il dispose de plus de circuits de sûreté, il cumule les systèmes allemands et français), il est aussi plus puissant (1 600 MW contre 1 450 pour les derniers réacteurs construits en France).

Facteur 4

L'expression Facteur 4 désigne l'engagement écologique, validé pour la France par le « Grenelle de l'environnement » en 2007, de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d'un pays ou d'un continent donné, à l'échelle de temps de 40 ans (2050) en améliorant l'efficience des modes de production.

Hydrogène

Il s'agit du plus léger atome existant. L'hydrogène pourrait être un moyen de transporter et d'utiliser l'énergie produite dans les grosses centrales électriques, ou les parcs éoliens et solaires. Il serait un moyen indirect de stocker l'électricité, faire face à l'intermittence du renouvelable et remplacer le pétrole de nos véhicules. Mais des problèmes de rendements, de réseaux de transport ainsi que le coût des piles à combustibles (qui permettent de brûler ce carburant), semblent rédhibitoires à son déploiement. Une vieille idée qui pourrait ne pas se concrétiser à cause de ces obstacles.

Loi Nome

La loi n° 2010-1488 du 7 décembre 2010 portant sur l'organisation du marché de l'électricité, dite loi Nome, a pour objectif de permettre une ouverture effective du marché, dans la mesure où EDF, opérateur historique du marché, se trouve en situation de quasi-monopole sur le secteur de la production d'électricité en France. Elle oblige EDF à vendre 25 % de sa production d'électricité à « prix coûtant » à des opérateurs privés qui ne veulent pas assumer les dépenses d'investissements nécessaires, mais veulent profiter de la manne de l'électricité nucléaire par exemple : ce qui la rend très controversée.

Mercure

Le mercure est un métal liquide, de couleur argent brillant, non biodégradable. Utilisé dans de nombreuses activités industrielles, il est classé dans la catégorie des métaux lourds à forte toxicité. La contamination au mercure vient principalement des rejets émis dans l'atmosphère (15,8 tonnes par an, selon les données officielles) lors de l'utilisation de combustibles fossiles, lors de l'incinération de déchets ou encore par l'industrie métallurgique.

Oxyde d'azote

Il s'agit d'un gaz odorant, très toxique, produit de l'oxydation de l'azote de l'air ou du carburant avec l'oxygène de l'air ou du carburant dans des conditions de température élevée. Les sources principales sont les véhicules (près de 60 %) et les installations de combustion (centrales thermiques, chauffages…).

Pluie acide

Une pluie acide est une pluie rendue acide par son contact avec la pollution atmosphérique causée par les voitures, les usines et les centrales. Son acidité peut être mesurée grâce à l'échelle des pH. Elle constitue une forme de pollution atmosphérique qui provoque de nombreux dommages à la faune et à la flore.

POPs

Les polluants organiques persistants sont des molécules complexes qui, contrairement aux autres polluants, ne sont pas définies en fonction de leur nature chimique mais à partir de quatre propriétés qui sont : la toxicité, la persistance dans l'environnement, la bioaccumulation et le transport longue distance. On peut classer les POPs en deux catégories : les composés non intentionnellement produits par l'homme et ceux issus de la fabrication et de l'utilisation de produits chimiques (PCB, pesticides).

Soufre (dioxyde)

Le dioxyde de soufre est un polluant gazeux qui provient principalement de la combustion des combustibles fossiles (charbons, fiouls…), au cours de laquelle les impuretés soufrées contenues dans les combustibles sont oxydées. Depuis une trentaine d'années, les émissions européennes de dioxyde de soufre sont en baisse. La diminution des consommations de combustibles fossiles et l'utilisation croissante de l'énergie nucléaire ont largement contribué à cette baisse des rejets polluants.

Three Mile Island

Il s'agit d'une ville des États-Unis où est implantée une centrale nucléaire. Mise en service en 1974, celle-ci a subi un accident classé au niveau 5 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES) le 28 mars 1979. À la suite d'une chaîne d'événements accidentels, le coeur du réacteur n° 2 de la centrale de Three Mile Island (TMI-2) a en partie fondu, entraînant le rejet d'une faible quantité de radioactivité dans l'environnement. Quand six ans plus tard, il a été possible de pénétrer dans l'enceinte, une caméra introduite dans la cuve a montré qu'une partie significative du combustible avait fondu mais n'avait pas traversé la cuve.