• 17 tCO2 émises par Américain et par an

Graphique(s) de référence

Émissions de CO2 par habitant La production d'électricité en Allemagne au premier semestre 2013, en tWh (% du total)

Cliquez sur une affirmation pour voir les réponses et arguments liés.

Fermer

Mot(s) du glossaire

  • Énergie décarbonée

    Se dit d'une énergie à faible émission de CO2 par unité d'énergie produite. Sont classées parmi les énergies à faible carbone (ou décarbonées), les énergies renouvelables (hydraulique, biomasse, solaire, éolien, géothermie) et le nucléaire.

Télécharger cette fiche

Format PDF (95.85 Kb)

3

CO2 par habitant

Les taux de CO2 émis par habitant et par pays montrent l'efficacité réelle des différents systèmes énergétiques. Ces données permettent de contrer nombre d'idées reçues et de faire tomber quelques mythes.

Des écarts très importants

Les émissions de CO2 liées aux consommations d'énergie par personne varient de manière significative dans les différentes régions du monde.

L'étude publiée par L'AIE (Agence internationale de l'énergie) en 2011 montre un écart important entre les performances des États-Unis (17 tCO2/hab) et celles de l'Afrique et de l'Inde (moins de 2 tCO2/hab). Les émissions de l'Amérique du Nord peuvent s'expliquer par un mode de vie dont la consommation excessive d'énergie est un des piliers de l'« american way of life » qui peut s'apparenter à un véritable gaspillage d'énergie. Mais la problématique est tout autre pour les continents Africain et Indien. Dans ce cas, le très faible taux de CO2 est plutôt l'indicateur d'un sous-développement qui reste catastrophique pour leurs habitants et qui constitue un des grands défis de l'humanité. Ces exemples confirment également le lien évident entre dépense énergétique et développement (cf. fiche n° 4). La Chine constitue un cas particulier. Avec 5,9 tCO2/hab, son taux avoisine celui de la France. Mais attention, ce n'est qu'une moyenne surtout due aux 300 millions de Chinois qui ont un niveau de vie comparable aux Européens, le reste de la population restant assez pauvre et très peu émettrice de CO2. De même, remarquons que si une part est liée à son développement, une autre est consécutive à son rôle « d'usine du monde » et à nos importations. Dans la zone Europe, l'Allemagne et les Pays-Bas créent la surprise en affichant des taux d'émission 2 fois supérieurs à la France, qui démentent les mythes écologiques dont ils bénéficient. Notre pays affiche en effet la deuxième performance de l'Union européenne avec un taux de 5 tCO2/hab, derrière la Suède où nucléaire et hydraulique sont également très développés.

L'illusion allemande

Les performances environnementales de l'Allemagne sont souvent citées en exemple et entretiennent le mythe de l'Allemand très « écolo », à l'inverse du Français qui serait très peu porté sur le respect de l'environnement. Or, dans les faits, la France émet presque 2 fois moins de CO2 que l'Allemagne. La raison essentielle de cet écart est la composition du mix énergétique de chaque pays. Chez nous, 85 % de l'électricité est issue d'énergies décarbonées (nucléaire et hydraulique) alors que chez nos voisins la production est assurée à 60 % au charbon et au gaz. Idem pour les Pays-Bas et le Danemark (encore deux mythes qui s'effondrent !) qui émettent sensiblement les mêmes taux de CO2 que l'Allemagne pour les mêmes raisons. La comparaison entre la France et l'Allemagne est intéressante car elle montre qu'il n'existe pas d'automaticité entre consommation d'énergie et émission de CO2. C'est un point crucial pour contrer les discours confondant les deux et préconisant la baisse de consommation comme réponse principale au problème. La solution la plus probable serait à la fois dans des mesures d'efficacité énergétique (travaux d'isolation des logements, développement des transports « propres ») et le développement d'énergies décarbonées. Mais ce dernier point implique de ne pas opposer énergie nucléaire et énergies renouvelables.