• 80 % Part des énergies fossiles dans la production mondiale
  • 2,20 % Part de l'hydraulique dans la production mondiale

Graphique(s) de référence

Consommation mondiale d'énergie primaire entre 1971 et 2011 (en Mtep) Émissions mondiales de CO2 entre 1971 et 2011 
en millions de tonnes

Cliquez sur une affirmation pour voir les réponses et arguments liés.

Fermer

Mot(s) du glossaire

  • Biomasse

    Ce terme désigne l'ensemble des matières organiques d'origine végétale (algues incluses), animale ou fongique (champignons) pouvant devenir des sources d'énergie par combustion. La biomasse est aujourd'hui la deuxième source d'énergie renouvelable en France, après l'énergie hydraulique.

Télécharger cette fiche

Format PDF (102.12 Kb)

13

Situation mondiale

La gestion des ressources et le choix du mix énergétique de chaque pays impactent à la fois les ressources mondiales et l'environnement au niveau planétaire. Afin de mener une réflexion pertinente, le débat public doit donc se nourrir de la connaissance de l'état et de l'utilisation des ressources dans le monde.

État des lieux

Il est important de ne pas avoir de débat centré sur la France, en passant à côté de la dimension mondiale.

La consommation des populations, si elle reste inégale (cf. fiche n° 4) est en constante augmentation du fait de l'accroissement de la population et de l'entrée dans le développement de grands pays comme la Chine. Aujourd'hui encore, 80 % de l'énergie mondiale est produite avec du charbon, du gaz et du pétrole, énergies hautement émettrices de CO2. Une étude menée par l'AIE chiffre ainsi à 30 milliards de tonnes, les émissions de CO2 pour la seule année 2011.

Énergies fossiles : entre déclin et croissance

Alors que la production pétrolière diminue, le charbon et le gaz continuent leur progression et affichent même un bel essor.

Après des siècles d'exploitation frénétique, le pétrole, essentiellement utilisé pour les besoins en transport, amorce son déclin. Il est aujourd'hui sur le point d'être détrôné par le gaz, utilisé pour le chauffage et la production d'électricité et qui commence à être pointé comme l'énergie du XXIe siècle. Le gaz de schiste (aux États-Unis) notamment, est en passe de devenir le nouvel « or noir ». Le charbon a quant à lui toujours un grand avenir avec plusieurs siècles de réserve. Son utilisation massive depuis les Années 2000 par la Chine, si elle continue, va conduire à en faire d'ici quelques années, la première source d'énergie, avec de lourdes conséquences environnementales.

Les EnR, minoritaires

Les énergies renouvelables représentent 13,2 % de la production énergétique dans le monde : hydraulique (2,2 %), biomasse (10 %). L'énergie hydraulique, pourtant à haut potentiel, reste encore trop peu exploitée. Mais il existe plusieurs projets de grands barrages en Afrique. La biomasse qui reste majoritaire, révèle paradoxalement un état de sous-développement d'une partie de la population, comme en Afrique où elle constitue près de 50 % de l'énergie consommée. Les autres EnR (énergies renouvelables) ne représentent qu'à peine 1 % de l'énergie mondiale. L'écart entre notre perception et la réalité de la production est dû à l'hyper médiatisation de ces énergies en France et au mode de communication sur sa progression. Celui-ci, établit souvent en pourcentage, fait oublier la marginalité de ces productions. En réalité, même si nous multiplions par 10 son utilisation au cours du siècle, soit une progression de 1 000 %, nous atteindrions au plus 10 % de la part totale de l'énergie mondiale. C'est déjà très bien, mais cela ne peut pas être présenté comme la solution miracle.

Le luxe du nucléaire

Le nucléaire est un privilège inégalement distribué. Si les ressources d'uranium sont assez bien réparties dans le monde, leur exploitation reste concentrée dans les États riches de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Utilisé pour produire de l'électricité, il est surtout présent dans les pays ayant acquis une certaine maîtrise dans ce domaine. Cependant, de gros programmes de relance sont en cours avec plusieurs centaines de nouveaux réacteurs prévus en Chine, Inde et autres pays émergents.